dimanche 9 décembre 2012

Vieux cartons: festival expresso (3/3)

Chers lecteurs, 

Voici le dernier épisode de mes aventures expressiennes avec le Cheveu. 

Au programme ce soir, le dernier article qu'il m'a été chargé d'illustrer lors de cette rude "White Night"...

Cinquième sujet du contre-la-montre: Médias - Journaliste et histoire, information ou mémoire?

JOURNALISTES ET HISTOIRE, DEVOIR D'INFORMATION, DEVOIR DE MÉMOIRE, QUELLE BATAILLE?

 Tout juste élu candidat socialiste, François Hollande commémore le 17 octobre 2011 le cinquantenaire des massacres des "Algériens immigrés en métropole", et se déclare favorable à une reconnaissance des responsabilités de l'État français. Une avancée, semblerait-il...

Quels rôles jouent les journalistes, chevaliers dévoués à l'information, dans le relais de l'Histoire, sordide ou victorieuse? Question épineuse! Prenons cet exemple des exactions policières, orchestrées par le tristement célèbre Préfet de police Maurice Papon, ayant causé l'assassinat d'un nombre encore inconnu - une soixantaine, une centaine, une deux centaines - de morts parmi les Algériens manifestant contre la mise en place illégale et diffamatoire le  5 octobre 1961 du couvre-feu. "Un pogrom en plein Paris", selon Daniel Junqua, vice-Président de Reporters Sans Frontières. Arrestations massives, nombreux renvois en Algérie notamment dans le Palais des sports, à Vincennes, dans de mauvaises conditions. Roger Fray, le ministre de l'Intérieur de l'époque, justifie les violences policières par le devoir de protéger les citoyens contre les militants pourtant pacifistes. La censure alimente alors la construction d'un véritable "mensonge d'État", selon l'historien Emmanuel Blanchard. 

Cliquez dessus pour agrandir

Les journalistes "bâillonnés" ne relaient pas le crime policier. L'opinion publique et certains médias manifestent alors un racisme latent et le lectorat français de l'époque présente en général plus d'empathie pour les policiers tués par le Front de Libération National plutôt que pour les Algériens massacrés par la police. Un correspondant du quotidien L'Humanité grave tout de même dans les mémoires le graffiti "Ici on noie les Algériens". Les "buzz médiatiques" (Emmanuel Blanchard) autour du 17 octobre 1961 s'accentuent tous les dix ans, liant le travail d'information des journalistes à l'ancrage dans les mémoires. Les médias transmettent ainsi certaines représentations collectives au sens durkheimien, et jouent alors sur les mentalités.

Freddie Mercury / Claire Chabal

Ps: Dernier bonus lié au festival Expresso avec le concours des Unes géantes sur le thème "Super Ayrault"...


































A très bientôt bons et fidèles lecteurs de mes humeurs paisibles!

-rob-

dimanche 4 novembre 2012

Vieux cartons: festival expresso (2/3)

Chers lecteurs de mes humeurs paisibles,

Ici le deuxième épisode des aventures expressiennes du Cheveu à Paris:

Troisième sujet du contre-la-montre: Politique - Hollande prépare ses rencontres internationales (Sujet à traiter du point de vue d’un journaliste étranger). Appréciez le magnifique jeu de rôle mené à bout...

THE NEW YORK VIEW: WHAT'S UP IN FRANCE?
Hollande prépare ses rencontres internationales

 La "Normal" Présidence de Français Hollande made in France and created by l'anarcho-communo-socialisme français ne convainc guère sur le plan international. Sa pseudo normalité dissimulerait-elle un sérieux manque de compétence? Let me explain to you.

 M. Hollande wanna prove que le socialisme peut s'adapter au système mondial largement libéral et créateur d'un incontestable global bien-être. Les français semblent ainsi préférer leur fameuse exception française en s'empêtrant dans des réformes fiscales et sociales, en prônant un système de taxation des classes aisées, en durcissant les cotisations sociales. GOD DOES NOT APPROVE THIS MESSAGE. Les français ne feraient-ils pas mieux de renoncer à leur exception -which sounds like a fake-, pour s'inclure de manière claire dans l'ordre libéral mondial qui est, ne nous le cachons pas, la seule issue?


But French are so complicated. La finance mondiale est de la même façon accusée de tous les maux. Ne parlons pas du retrait des troupes françaises d'Afghanistan prévu pour fin 2012. En mauvais calculateur, the French President risquerait bien de se mettre la communauté international à dos et de couler littéralement à flots. De là à dire que sa politique internationale résonne comme un néo-communisme il n'y a qu'un pas. U know what I mean.

Something to save

 Le seul point que M. Hollande pourrait marquer reste encore celu ide sa compagne who is a real sex bomb, et si l'Amérique pouvait donner some advice à M. Hollande, ils se résumeraient en fait à quelques mots: Marry her, and follow us. In brief, nous n'avons pas fini de regretter, durant 5 longues années , M. Sarkozy et sa classe internationale. RIP.

Patti Smith/Lilas Bass

-rob-

Ps: Bonus spécial Ici et pour vous chers lecteurs. Immersion en eau profonde à expresso et dans l'équipe du Cheveu sur la langue... Frissons garantis!




vendredi 2 novembre 2012

Déballage de vieux cartons: festival expresso 1/3

Chers lecteurs,

 Voici venu le triste temps de l'inévitable réouverture de mes vieux cartons pour tenter de donner coûte que coûte une actualité à ce blog délaissé... Triste temps donc. Mais ouvrons... Déballons... Festival expresso. Juin 2012. Le caractère "vieillot" de ces cartons peut être nuancé quelque peu! Ouf...

 Avec cinq vaillants et paisibles partenaires du Cheveu sur la langue, le cher journal de mon école grenobloise, nous partîmes déterminés à Panam' pour participer à ce festival résonnant comme une ode aux travaux des jeunes journalistes en apprentissage.

 L'objectif était simple: produire un journal en une quinzaine d'heures... sur des thèmes imposés avec une dureté machinale par l'équipe organisatrice... et le tout, sans informations et sans sommeil (ou le minimum vital).

La couverture de ce numéro spécial
Premier sujet de ce contre-la-montre journalistique que j'ai eu l'honneur d'illustrer: International - Québec : mais qui a eu cette idée folle,un jour d’augmenter l’école...

Québec, un espoir face au néolibéralisme

 C'est un magnifique cri de liberté et de résistance que nous transmet le peuple Québécois. Quel soulagement, quel espoir pour notre Vieille Europe engluée dans une crise dramatique, submergée par une vague populiste qui ne cesse d'affaiblir notre cohésion sociale et nationale. 
 Les Québécois nous montrent qu'une autre voie est possible en dehors de la résignation face à une austérité sans fin, en dehors du repli national et du rejet de l'autre. Cette voie, c'est celle d'une jeunesse qui ne veut pas accepter le déclassement, la paupérisation. La jeunesse défend ainsi son bien le plus cher, l'école et surtout l'université, dernière proie d'un gouvernement inféodé aux puissances de l'argent, qui entendait donc parachever la révolution culturelle en vigueur depuis la fin des années 70, comprenez plutôt révolution néolibérale. Mais quelle incurie, quelle insensibilité aux souffrances sociales, que de mépris pour l'avenir d'une génération et à travers elle, celle d'une province Canadienne à l'économie et au mode de vie très attractif. Charest "dégage" hurlent les Québécois battant le pavé, mais au-delà c'est tout un modèle de société qui est rejeté.
 N'est pas Charlemagne qui veut, Charest en décidant d'augmenter l'école, s'est comporté en véritable roi barbare. Ce seigneur des temps modernes a provoqué des destructions invisibles pourtant toutes aussi tragiques que les chevauchées meurtrières des cavaliers de Charlemagne. 

 Aujourd'hui, le monde développé connaît une insécurité sociale croissante et le nouveau bourreau n'a pas de visage, ne peut pas combattre en duel. Pourtant, il provoque des plaies profondes difficilement cicatrisables, celle de la misère sociale, parfois invisible à l'oeil nu. Charest à la tête de son fief, se retrouve confronté à une véritable fronde contre ce nouveau pillage de ressource, c'est-à-dire contre l'éducation, le bien le plus cher de notre siècle. Cette révolte s'est transformée en révolution contre un système féodal, ou la soumission aux marchés a remplacé la suzeraineté. 
 Finalement, cette idée folle s'est métamorphosée en idée bonne. Quelles réactions positives d'un peuple dont nous cessons de moquer son accent, qui fait pourtant vivre la Francophonie outre-Atlantique. Aujourd'hui, le Québec est libre, mais libre d'esprit, sa jeunesse a repris son destin en main chassant une mafia féodale fanatisée par une nouvelle religion, celle du fric.

Romain Julien

-rob-

Ps: La suite et fin de cet épisode "expressien" arrivant as soon as possibile...



mardi 30 octobre 2012

Le dilemme de la feuille de papier






-rob-

Ps: Un grand merci à Lilas Bass pour sa précieuse aide et sa lecture sur le texte "Le dilemme de la feuille de papier"! 

jeudi 26 avril 2012

La collaboration: l'opium de tous les artistes...

Amies, Amis de mes humeurs paisibles,

 Sachez-le, nous n'évoquerons pas ici de quelconques résultats qu'ils soient chiffrés, phrasés ou autres. Et oui, il est venu le temps, non pas des cathédrales, mais de vous présenter quelques modestes collaborations. Tandis que les chiffres deviennent peu à peu le véritable opium du peuple, la collaboration est restée celui de l'artiste qu'il soit amateur ou professionnel!

Revenons-en à nos moutons: les dessins qui vont suivre sont le fruit de deux travaux écrits de fin de troisième année en sciences politiques.

 Le premier mémoire, Marianne au pays des "Sultans batailleurs": une approche géopolitique de la départementalisation de Mayotte, a été écrit par Marius Marin en 2011 sous la direction des chercheurs J-W. Dereymez et K. Dupinay-Bedford dans leur séminaire Géopolitique du monde contemporain.

En voici l'illustration:

* Slogan utilisé par le Comité maore, organisation de la société civile comorienne militant pour la réintégration de  Mayotte dans les Comores
 ** Extrait du discours de N. Sarkozy prononcé le 18 Janvier 2010 à Mayotte


 Ce ne fut pas tâche facile d'illustrer un sujet assez vaste tant par son histoire que son actualité. Pour y remédier, j'ai alors fait appel à quelques allégories qui représentaient plutôt correctement la situation ambiguë de cette île désormais devenue le 101ème département français. Pour vous renseigner, vous faire votre avis sur le sujet ou tout simplement voir à quoi fait écho ce dessin, rendez-vous ICI

Le deuxième mémoire qu'il m'a été chargé d'illustrer, toujours avec cet immortel plaisir paisible, est celui de Marine Roville intitulé La politique européenne de voisinage en Méditerranée: assurer la sécurité par l'aide au développement et réalisé aussi en 2011 sous la direction des deux mêmes chercheurs, J-W. Dereymez et K. Dupinay-Bredford, et de leur séminaire Géopolitique du monde contemporain. 


 Ce mémoire avait pour objectif de dresser un bilan d'un volet de la politique extérieure de l'Union Européenne dans une région circonscrite, la politique européenne de voisinage en Méditerranée, depuis son lancement en 2004 puis d'en tirer des enseignements et des perspectives dans un contexte particulier, celui du "printemps arabe" notamment en Tunisie et en Égypte. Vous pouvez également le consulter ICI.

 Sur cette illustration, vous pourrez reconnaître, je l'espère, de gauche à droite la drapeau tunisien (à ne pas confondre avec celui de la Turquie chers lecteurs), le président tunisien déchu en 2011 Zine el-Abidine Ben Ali, Nicolas Sarkozy, le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité pour l'Union Européenne Catherine Ashton et, pour finir, le président du conseil italien également déchu Silvio Berlusconi.

A venir: un court résumé de ces mémoires par les auteurs eux-mêmes plus à même de vous présenter brièvement leurs contenus.

Sur ce, et ce d'autant plus que, mes chers lecteurs, balayons ces quelques formalités académiques pour vous souhaiter une lecture décontractée et vous prévenir que d'autres humeurs s'érigeront bientôt mais...quand elles en auront envie!

-rob-

vendredi 6 avril 2012

Naissance d'un nouvel air...

Cher lecteur de mes rares humeurs paisibles,

 Tu l'auras certainement remarqué, l'air en ce mois d'avril n'est pas véritablement homogène mais chargé de visions différentes s'opposant et pour cela, ton souffle habituel tu ne reprendras que d'ici quelques mois. 
  Permets moi alors de venir à ta rescousse, de te faire reprendre à la normale ta respiration en te proposant quelques dessins illustrant les choix à venir. Tu apporteras bientôt ta pierre à cet édifice géant qui s'étale dans le temps ou plutôt ce que l'on nomme "nouvelle ère d'une poignée d'années". 

 Veuillez m'excuser, une petite digression de langage s'est incorporée dans ce message dans le but d'introduire la lourde période électorale à venir. Que de dramatisation! Espérons que celle-ci fera office d'accroche si ce n'est potable, au moins buvable. Santé!

 Ce mois fut l'occasion de ma troisième collaboration avec cette équipe de beaux éphèbes du journal de mon école. Elle sera malheureusement la dernière de cette année universitaire mais reprendra, j'en suis sûr, de plus belle dès le mois de Septembre prochain. 

Reprenons... Parlons de dessins... Sous le signe du choix donc. Avec une grande première: un dessin publié en couleur représentant les diverses élections à venir dans cette belle maison de France et cette champêtre bourgade grenobloise.

PS (n'interprétez pas erronément ce sigle): N'oubliez pas de cliquer pour agrandir le dessin. Enfin, je vous laisse user de votre libre arbitre!
   J'ai par la suite été chargé d'illustrer le merveilleux conte de Nathalie Arthaud durant cette campagne sonnant quelque peu comme un "David et Goliath" des temps modernes. Mais grand malheur, une grande partie de ce mythe a volé en éclats ou a été retenu dans les catacombes de l'histoire...

 Dominique De Villepin fait partie de ces oiseaux, peu rares, qui n'ont pas obtenu leurs quelques centaines de tickets ayant valeur de graal intermédiaire dans la course au trône. Ce dessin fait largement écho au champ lexical de "Vertébré ovipare couvert de plumes, dont les membres supérieurs, les ailes, lui permettent de voler" utilisé avec modération mais sans vergogne par l'auteur de l'article sur cet "Icare" contemporain qu'est DDV. 

Trois dessins à retrouver avec leurs articles respectifs dans la version papier du journal Le cheveu sur la langue n°3 pour les petits veinards qui crèchent à Grenoble ou ses environs!

Petit bonus pour vous qui, je l'espère, vous ravira et revivifiera vos humeurs placides atteintes par cet air irrespirable: Voici un faux-semblant de la couverture à laquelle vous avez échappé pour ce numéro spécial élections!

Sur ce à bientôt fidèles lecteurs et n'oubliez pas l'adage: " Au diable citoyens; formez vos opinions...".

-rob-

dimanche 29 janvier 2012

Dessine-moi la démocratie...

J-1 avant la sortie du deuxième numéro du journal de mon école. Minuit pétante, une douce sonnerie retentit:
"-Herr rob?
 -Dessine-moi la démocratie... Au moins deux fois... Tu as 24 heures (tout cela sur un ton un peu moins doux)
 -Est-ce que tu n'aurais pas deux trois pistes, idées...
 -Tût-tût-tût
 - Putain mais comment illustrer un concept aussi abstrait que la démocratie!"

 Au moins Saint-Ex' avait le mérite de demander des choses simples. Foutu journal! Dans cette situation plus ou moins extrême, la première idée me venant en tête est davantage l'exportation des aventures extrêmes vécues par l'agent spécial fédéral Jack Bauer au monde du dessin. Idée plutôt  séduisante mais qui, j'en conviens, reste totalement éloigné du Graal, autrement dit de l'objectif demandé.

 Pour votre plus grand bonheur, je l'espère, ce journal a, malgré la poussée coercitive exercée sur ma procrastination naturelle, deux grands mérites:
 - Firstly, de me permettre d'illustrer autre chose que des faits divers nancéeo-nancéens de ma contrée lointaine qu'est la Lorraine. Les revendications indépendantistes s'éloignent donc de ma pensée...
 - And last but not least, de me sortir d'un certain état léthargique artistique qui me pousse à vous gratifier de quelques dessins une fois toutes les... rarement (le calcul reste à faire).

 J'abandonne cette fois-ci un quelconque classement de mes dessins par ordre d'orientations politiques, peu adapté ici. Comment lier démocratie représentative, contrat social (jusque là rien de bien compliqué) et Abraracourcix, chef respecté de nos ancêtres les Gaulois? La réponse ci-dessous, et l'article sur l'injustice de la démocratie représentative à venir:

 Voici venu le temps de lier journalisme et démocratie et de souligner la situation, si je puis dire, ambiguë du journaliste entre contre-pouvoir et "nouveau chien de garde" (film dans les bacs vivement conseillé!) loin du rôle idéal que l'on lui attribue fréquemment. Article également à venir.

 H-1: Me reste encore un dessin à faire... Apparemment, un nouveau candidat fait reposer son programme (à venir), contre toute attente, non pas sur le "acheter ou produire français" mais sur la compétitivité de notre production de SDF made in France:




 Mission enfin réussie, il était moins une... Pour finir et vous gaver d'autant plus de dessins, voici le logo réalisé pour ce même journal Le cheveu sur la langue:


 Ainsi qu'un petit dessin fait très rapidement de mémoire de mon séjour d'Istanbul. Un prochain post de ce même dessin réalisé en l'instant vous satisfera davantage!


 A bientôt mes bons et fidèles lecteurs! Tout cela en espérant que mes légères digressions introductives vous auront quand même amené à lire cette dernière phrase...

Rendez-vous dans quelques mois... années!

-rob-